L’affirmation de soi

S’affirmer dans l’équilibre

Dès lors qu’il est question de vivre ou travailler avec les autres, savoir s’affirmer est nécessaire.

Pour quoi ? Obtenir ce que l’on souhaite, défendre ses idées, faire respecter ses besoins, négocier, répondre à des critiques… et même faire ou recevoir des compliments.

L’affirmation de soi va bien au-delà des situations où il s’agit de s’imposer, elle importe dans une large palette d’échanges relationnels.

Quand on parle de savoir s’affirmer ou d’apprendre à s’affirmer, à quoi pense-t-on souvent ? A savoir mieux s’imposer. Mieux s’affirmer ce serait alors gagner du terrain sur l’autre en prenant le dessus ?

Il y aurait là, justement, un contresens : s’affirmer ce n’est pas s’imposer jusqu’au point de diminuer l’autre ou de le vaincre, mais plutôt “s’exprimer pleinement et faire respecter ses droits sans empiéter sur ceux d’autrui.”

L’affirmation de soi c’est donc prendre sa place, toute sa place, certes, mais c’est aussi ne prendre rien que sa place.

Prendre sa place, toute sa place, rien que sa place.

Pour cela, il s’agit de se sentir assez solide pour ne pas avoir besoin d’être plus fort que l’autre. Paradoxe ? C’est l’essence de certains arts martiaux où le combat se gagne sans combattre, simplement dans la phase où les adversaires se jaugent. En aïkido par exemple, le pratiquant cherche à si bien maîtriser son arme qu’il n’a plus besoin de s’en servir.

De la même manière, s’affirmer procède de l’action et en même temps, tout se joue avant même l’action : dans la perception de ses propres forces, qui détermine la confiance avec laquelle on s’exprime. Il s’agit alors de l’être plus que du faire.

Bien sûr des techniques peuvent nous aider à nous camper dans la bonne position (respiration, travail sur la posture, le regard etc.) mais le fond du problème est intérieur. Comme en aïkido, la sérénité et la maîtrise de soi sont des clés.

Quelques inspirations :

  • L’assertivité, c’est accepter de ne pas toujours être aimé par tout le monde

  • L’assertivité, un équilibre : ni hérisson, ni paillasson

  • L’assertivité, un respect réciproque des opinions et une attitude « gagnant-gagnant »

En situation confortable, nous savons tous être assertifs

Etre assertif, c’est :

  • Dire non, refuser

  • Dire franchement ce qui me gêne

  • Exprimer mes besoins

  • Exprimer une opinion, un sentiment

  • Faire des demandes claires

  • Parler sans bémols, être direct

  • Dire / répondre à des critiques

  • Faire / recevoir des compliments

  • Prendre ma place

  • Faire respecter mes droits

Cela implique d’être soi-même, d’être vrai, de parler « Je », de se révéler.

C’est loin d’être une évidence, il s’agit d’oser et d’agrandir sa zone de confort en explorant la zone d’apprentissage.

Publié dans Affirmation de soi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :